Rubrique des réponses aux questions les plus fréquemment posées par courrier électronique ou par téléphone

Mon voisin évacue ses eaux pluviales sur mon terrain, en a-t-il le droit ?
Sauf cas très particuliers (prescription trentenaire, servitude notariée, ...), il ne vous appartient pas de gérer les eaux pluviales de votre voisin, que ce soit des eaux de gouttière ou issues de ruissellements sur sa propriété.

Puis-je raccorder mes eaux pluviales à mon système d'assainissement ?
En principe selon le droit en vigueur les eaux pluviales ne doivent pas rejoindre le collecteur des eaux usées (assainissement collectif ) elles doivent être séparées sur la "propriété".
Lors du branchement sur le réseau collectif, il y aura contrôle de conformité de l'installation et dans ce cas rejet de conformité.


Pourquoi dois-je effectuer une étude de sol pour dimensionner mon puits d'infiltration ?
La capacité d'un sol à infiltrer les eaux pluviales ne peut être déterminée sans une étude spécifique de perméabilité. C'est en fonction de ce diagnostic et des surfaces collectées que sont calculées les caractéristiques de votre puits (profondeur, dimensions). La nature et la texture des sol et sous-sol varient rapidement : les caractéristiques du puits d'infiltration de votre voisin ne correspond pas forcément aux votres.

A quelle distance de la propriété voisine dois-je positionner mon ouvrage d'infiltration ?
Contrairement aux filières d'eaux usées, il n'existe pas de distance à respecter avec vos voisins. Cependant, de façon à éviter tout risque de dommage, il convient de conserver une distance minimale de trois mêtres.

La mise en place d'une cuve de récupération des eaux pluviales permet-elle de supprimer mon puits d'infiltration ?
Non, ces ouvrages ont deux finalités distinctes. Le puits d'infiltration demeurera nécessaire lorsque votre cuve sera pleine (en période hivernale notamment).

Est il suffisant de faire bouillir l'eau de mon puits pour la rendre consommable ?
Non. L’ébullition ne permet que de limiter les risques inhérents aux agents biologiques thermophobes (bactérie, germe,…), détruits par une forte température. Elle n’est par contre d’aucune efficacité contre les agents chimiques dissous, tels que les nitrates par exemple. Au contraire, l’ébullition conduira à une concentration de ces polluants. Pour vous assurer de la potabilité de votre eau, seule une analyse spécifique peut apporter une réponse satisfaisante.